Extraits du site du site du Parc National des Cévennes:

Le Parc national des Cévennes a été primé par l'Europe pour la qualité de ses multiples réalisations dans l'organisation d'un tourisme orienté sur la nature.

Il faut au moins quatre semaines de séjour pour avoir un bon aperçu du Parc dans toute sa diversité. Une semaine sur le mont Lozère, une autre dans les vallées cévenoles, une troisième sur le massif de l'Aigoual, et une dernière enfin sur le Causse Méjean et les gorges environnantes....

Pour faciliter cette découverte, le Parc national a mis en place des "circuits d'interprétation" qui permettent une visite en profondeur.

Enfin, d'avril à octobre, plus de 500 manifestations, regroupées dans un Festival Nature, complètent ce dispositif de découverte du Parc national.

Une réserve mondiale de biosphère

Le Parc national des Cévennes fut officiellement créé en 1970. De tous les Parcs nationaux français, il est le seul à être implanté en moyenne montagne. Il abrite de ce fait une population permanente significative. 41.000 personnes habitent sa zone périphérique et plus de 600 sa zone centrale de conservation. Ce sont essentiellement des agriculteurs et des éleveurs vivant sur ces hautes terres à plus de 1 000 m d'altitude moyenne. Elles forment un véritable balcon au dessus de la Méditerranée, du mont Lozère au mont Aigoual, du bord des grands causses aux vallées cévenoles.

Cette particularité de parc national habité lui donne une mission que n'ont pas nécessairement les autres parcs nationaux, à savoir la recherche des conditions d'un éco-développement soucieux de la protection du patrimoine naturel et culturel. Ce dernier se doit de respecter les grands équilibres, et d'assurer la pérennité des activités agro-pastorales, nécessaires au maintien des milieux ouverts (37% de la zone de conservation) , constamment menacés par la dynamique naturelle de la forêt (63%). Cet équilibre contribue au développement de la biodiversité et à la qualité des paysages.

Le caractère exceptionnel de ces sites humanisés, l'équilibre particulier entre l'homme et la nature entretenu depuis des siècles par des générations de cévenols, ainsi que le souci d'associer protection et développement, ont valu au Parc national des Cévennes la distinction de "Réserve mondiale de biosphère", décernée en 1985 par l'Unesco (Programme " man and biosphere "), et de finaliste du Grand Prix du tourisme de nature décerné par l'Europe en 1995.

Une diversité biologique remarquable :

50% du capital faune /  flore français sur 0,6% du territoire national.

La richesse de sa flore (2250 espèces, intégrant même certains types subarctiques ou subtropicaux secs) est favorisée par la diversité de ses climats (océanique, continental et méditerranéen), de ses sols (granitique, calcaire ou schisteux) et de l'altitude de sa zone protégée (de 378 à 1699m).

La variété des biotopes (milieux forestiers, landes, steppes et pelouses, milieux secs ou humides,...) favorise la présence d'une faune variée (2 410 espèces), depuis le monde discret mais fabuleux des insectes, jusqu'à celui plus spectaculaire des vertébrés où l'on retrouve 45% des espèces françaises (et les 2/3 des mammifères). Rapaces, mustélidés et chéiroptères y sont particulièrement bien représentés. L'extension des populations de cervidés menaçant l'équilibre de la forêt et les dégâts de sangliers dans certaines exploitations agricoles, rendent nécessaire en l'absence de leurs prédateurs naturels (loups, ours), leur régulation par des dispositifs cynégétiques.

C'est en Europe une des régions qui a connu un enrichissement biologique parmi les plus forts depuis une trentaine d'années, grâce d'une part à diverses réintroductions menées par le Parc national (vautours fauve et moine, castor, cerf, chevreuil, mouflon, grand-tétras, écrevisse à patte blanche) et d'autre part, à la protection de biotopes ayant permis ultérieurement une recolonisation naturelle par certaines espèces prestigieuses (loutre, pic noir, chouette de Tengmalm, percnoptère, grenouille rousse, etc.)

Bienvenue aux amis de la nature....et de la culture.

Sentiers d'interprétation, visites guidées, conférences audiovisuelles, centres d'information, 3000 km d'itinéraires de promenade ou de randonnée balisés, écomusées, guides spécialisés offrent une approche personnalisée d'un espace protégé si différent des autres..... Cette originalité tient à la présence des générations d'hommes qui y ont vécu, bâti, aimé et souffert, léguant un précieux héritage historique, architectural, culturel et naturel, qu'il faut découvrir patiemment pour en apprécier toute l'âme...

Voilà toute la complexité de ce Parc national, qui, de par sa " nature ", va bien au delà d'une simple zone de protection de la faune, de la flore, ou de paysages exceptionnels!

 

 

 

Clicky Web Analytics