Extraits du site du Musée du Désert:

Le Musée du Désert est établi dans la maison natale du Chef Camisard Pierre Laporte surnommé Roland, au Mas Soubeyran, dans un hameau de la commune de Mialet. Il retrace une longue page de l’Histoire protestante qui a fortement marquée la région : la période du Désert. Il veut aussi être témoin de l’identité protestante qui se révèle au travers de cette histoire.
Le Désert c’est l’ensemble des lieux cachés (grottes, ravins, forêts,...) où les protestants vont célébrer leur culte dans la clandestinité pendant plus d’un siècle d’intolérance et de persécutions à la suite de la Révocation de l’Edit de Nantes.

Ce mot de Désert ne désignait pas simplement la réalité physique du rejet qu'ils subissaient, il était imprégné de réminiscences bibliques; quarante années durant, les Hébreux de l'Exode avaient erré dans le désert, lieu de tribulations, de tentations et de désespoirs, mais aussi lieu où s'était fait entendre la Parole de l'Eternel. Cette page d’histoire concerne toute la France mais a marqué particulièrement le Languedoc et les Cévennes, où, dès le début du XVIème siècle, le protestantisme s'est largement implanté.

Révocation de l'Edit de Nantes: Louis XIV va supprimer la liberté de culte aux Protestants en révoquant en 1685 l'Edit de Nantes qu'avait signé Henri IV en 1598 et qui apportait la paix religieuse en France après les Guerres de Religion. La loi prive peu à peu les protestants de toute liberté civile, professionnelle ou religieuse. On enlève les enfants des réfractaires, les temples sont rasés, les pasteurs envoyés en exil, les frontières sont fermées au vu de l’hémorragie démographique et économique que la répression a suscitée, les enfants doivent obligatoirement être enseignés dans la religion du Roi...

Nombreux seront ceux qui, attachés à leur foi, et n'étant pas partis en exil dans les pays du "Refuge" (Suisse, Allemagne, Hollande, Angleterre, ...), se réuniront "au Désert", à l'abri des regards, dans des endroits cachés, pour célébrer le culte interdit, organisant une “église de l’ombre”, clandestine, pendant plus d'un siècle en risquant la mort, les galères ou la prison à vie.


Les Cévennes vont être le théâtre de la Guerre des Camisards. Révolte armée pour tenter de retrouver la liberté de culte, elle opposera quelque 3.000 protestants, les Camisards, à environ 30.000 soldats, de 1702 à 1704, sans réussir à fléchir l'intolérance et la répression. Il faudra attendre la Révolution Française (1789) pour que soient proclamés la liberté de conscience et le libre exercice du culte.

C'est cette histoire qu'évoque le Musée du Désert. Un siècle de clandestinité et de résistance pour la foi. Un siècle de répression et d’intolérance qui n’a pu éteindre cette foi. Il veut être le témoin d’un passé héroïque pour la défense d’une liberté, mais aussi donner conscience de l’héritage acquis par ces luttes : héritage spirituel et culturel qui transparaissent aujourd’hui dans la mentalité et la culture cévenoles.
Dans une suite de quinze salles, sont exposés près de 4.000 objets, livres, documents, qui témoignent de la résistance des huguenots pour leur foi pendant plusieurs générations face à l’intolérance du pouvoir.
On y trouve les chaires du Désert, repliables pour ne pas être compromettantes, les Bibles et les psautiers, interdits et venus de l’étranger, où l’on puisait, dans les assemblées et en famille, la nourriture spirituelle pour fortifier sa foi. Les armes des Camisards témoignent de la lutte qui fit rage en Cévennes. De nombreux jugements et condamnations rappellent la répression terrible du pouvoir.

Le protestantisme d’aujourd’hui est le prolongement de cette histoire. Le Musée en témoigne chaque premier dimanche de Septembre lors d’un rassemblement au Mas Soubeyran où plus de 20.000 personnes de tous horizons viennent célébrer un culte.

Visiter le site du Musée du Désert Clicky Web Analytics